Niki
de Saint-Phalle

Niki
de Saint-Phalle

France, 1930 - États-Unis, 2002


Niki de Saint Phalle est élevée en France par ses grands-parents avant de rejoindre sa mère à New York en 1933. D’abord mannequin, elle fuit les normes sociales de son milieu familial, s’installe à Paris avec Jean Tinguely, et débute une vie indépendante d’artiste expérimentale. La radicalité de ses « tirs », en réalité des assemblages en plâtre et peinture éclatée par des tirs de carabine, alerte l’avant-garde artistique, notamment Robert Rauschenberg (avec qui elle collabore), Kenneth Koch ou John Ashbery.

« J’ai eu de la chance de trouver l’art car, sur le plan mental, j’avais les prédispositions d’une terroriste ».

En 1962, elle expose dans la galerie américaine d’Alexandre Iolas et la critique l’associe simultanément aux nouveaux réalistes français et aux artistes pop américains. 
Puis en 1965, au Chelsea Hotel à New York, elle commence la série des Nanas, figures de femmes monumentales défiant le regard et le goût établis, qui élargit sa notoriété et la fait entrer dans l’histoire de l’art. En 1994, elle publie Mon secret qui raconte son viol, commis par son père, lorsqu’elle était enfant.