Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Artistes (0)

Voir tout Voir moins
Filtrer par

Expositions (0)

Voir tout Voir moins
Filtrer par

Médias (0)

Voir tout Voir moins
Filtrer par
Fermer
Crédits
© Jeff Koons Fermer
Vue d’exposition « Le noir et blanc dans la collection Pinault », Couvent des Jacobins, Rennes, 12 juin – 29 août 2021.
Crédits
Vue d’exposition « Le noir et blanc dans la collection Pinault », Couvent des Jacobins, Rennes, 12 juin – 29 août 2021.
© Jeff Koons © Photo JF MOLLIERE Fermer
Marbre
113 x 71,1 x 53,3 cm

En 1991, l’artiste et son épouse d’alors, récemment mariés. Lui, cheveux gominés, yeux fermés, clavicule saillante, torse glabre. Elle, cheveux ondoyants, paupières closes, bras droit manquant, seins pointus que ceignent des perles. Ils ne s’embrassent pas, ils vont s’embrasser : intrusion d’une imminence narrative, première entorse au présent d’éternité de la sculpture classique. Moins un baiser que sa mise en action, que l’instant d’avant. Moins Rodin (Le Baiser, vers 1882) que Canova (Psyché ranimée par le baiser de l’Amour, 1793). Du reste, Jeff Koons joue sur la polysémie du baiser, qui tient tout à la fois de l’offrande et de l’accueil, de la détention et de la capitulation, de l’animation – ce souffle, l’anima, que l’on transmet – et de la réanimation – cette belle endormie qu’il convient de faire revenir à elle. Par la langueur de l’étreinte et par la position des doigts, Koons le rappelle : tout est question d’abandon et de mainmise. De prise et de proie. Quoique de manière moins scabreuse que dans certains autres travaux de sa série Made in Heaven, l’artiste se met en scène avec Ilona Staller et érige son intimité en image noble, et immémoriale. Par l’apparente qualité du marbre statuaire, par sa volupté contenue, par l’orthodoxie de son piédouche, ce double buste renvoie à la sculpture néoclassique de Canova, certes, mais aussi, par ses chairs impavides, par son désir tout à la fois ardent et glacé, à certaines œuvres d’Auguste Clésinger (Femme piquée par un serpent, 1847) et de Jean-Léon Gérôme (Tanagra, 1890).

Koons oscille ici entre un hyperréalisme certain et une certaine stylisation : les linéaments anatomiques ne sont jamais minutieusement restitués, les perles comme les cheveux semblent souvent échapper à la pesanteur, les gestes désertent parfois la vraisemblance. Et c’est précisément dans ce maniérisme assumé, dans ce quasi-naturel, dans cette « esthétique du presque », servie par des moyens plastiques substantiels, que se situe le style de Koons, icône pop incontournable et nullement insensible aux très riches heures du passé.

Colin Lemoine

Extrait du catalogue de l’exposition « Art Lovers », Grimaldi Forum, Monaco, 2014.

Expositions

 

Au-delà de la couleur, Couvent des Jacobins, Rennes
12/06/2021 - 29/08/2021

 

Art Lovers, Grimaldi Forum, Monaco
10/07/2014 - 15/09/2014

 

Agony and Ecstasy, SongEun ArtSpace, Séoul
03/09/2011 - 19/11/2011

 

Mapping the Studio, Palazzo Grassi — Punta della Dogana, Venise
06/06/2009 - 10/04/2011

 

Post-Pop, Palazzo Grassi, Venise
11/11/2006 - 11/03/2007

 

Where Are We Going?, Palazzo Grassi, Venise
29/04/2006 - 01/10/2006

Pour ajouter une œuvre à votre exposition, cliquez sur le signet à côté de cette œuvre. Vous pourrez ensuite retrouver ici votre collection et l'organiser.

Fermer

Êtes-vous sûr de vouloir commencer une nouvelle exposition ? L'exposition en cours sera perdue.

Oui   Annuler

Vous pouvez désormais constituer une nouvelle exposition.

Fermer

Vous n'avez plus d'œuvre dans votre exposition.

Fermer
Il n'y a aucun résultat pour la recherche "".